bouddhisme-thailande.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les quatre conditions préalables à la méditation



Le développement de la culture mentale exige la réunion de quatre conditions préalables : le méditant  doit avoir une conduite vertueuse, couper les liens extérieurs, se placer sous la conduite d’un enseignant qualifié et résider dans un lieu adéquat.

1) La conduite vertueuse
Elle a pour unique but de protéger le méditant d’une interruption de son calme intérieur.
Elle est au minimum, pour les laïques, contenue dans le respect des cinq, des huit ou des dix préceptes*
Elle est, pour les moines, contenue dans le respect du système connu comme « la quadruple purification de la moralité » : le respect des règles du Vinaya ; le contrôle (et la contrainte) des sens ; la possession des seuls biens strictement nécessaires à la subsistance ; l’usage approprié de ces biens.

2) La « suppression des obstacles extérieurs »
Elle vise traditionnellement dix liens pour les laïques : les éventuelles perturbations provenant de la mère, du père, de l’épouse, des enfants, de la famille, des amis, de la richesse, des honneurs, du pouvoir, des cinq plaisirs des sens. 1
Et dix liens pour les moines : une demeure, qui devient un empêchement pour ceux qui se préoccupent de sa possession ou de son entretien ; une famille large ou des soutiens avec lesquels l’aspirant pourrait conserver des liens émotionnels incompatibles avec sa progression ; des gains qui pourraient engendrer des obligations pour celui qui les a obtenus ; des étudiants trop nombreux ; un travail de construction, qui demande trop de temps et d’attention ; des voyages ; des personnes très proches, parents, enseignants, élèves ou amis proches ; la maladie ; l’étude des écritures ; les pouvoirs paranormaux, qui peuvent constituer des obstacles à la sagesse. 2

3) Un maître et des compagnons
Plus avancés sur la voie, ils permettent, en ce qui concerne le maître, de choisir et d’expliquer la méthode et le sujet de méditation les mieux adaptés au tempérament du nouveau méditant ; et en ce qui concerne les compagnons (kalyāṇamittā), d’encourager, de soutenir le méditant dans sa progression.

4) Le choix d’une résidence adéquate
Cette condition est également importante, la quiétude étant absolument nécessaire à la concentration ; tout lieu d’apprentissage, depuis le temple en lisière de ville jusqu’à la grotte isolée en pleine jungle, ne convient pas indifféremment à tout méditant.

 

1Milindapañha V/3/2/n°2
2Dasapalibodha-vaṇṇana (VIS I/3/n°41)

Vous êtes ici : Meditation Les quatre conditions préalables à la méditation