bouddhisme-thailande.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Histoire de la Thaïlande

Origine de la population thaïe

Les fouilles menées sur de nombreux sites archéologiques de la Thaïlande ont révélé la présence de civilisations préhistoriques datant de 10 000 à 2 000 ans av. J.-C. D'autres découvertes sur le site de Bang Chiang dans la province d'Udon Thani (Nord-Est) ont mis à jour les traces d'une civilisation mésopotamienne utilisant des poteries et objets en bronze.
Originaire de la Chine du Sud, le peuple Thaï s'établit au Yunnan au 1er siècle av. J.-C. Courant VIIe siècle, le Bouddhisme ainsi que la culture indienne commencèrent à se propager. Les premières vagues de migration vers le territoire actuel de la Thaïlande intervinrent dès le XIe siècle. Les khmers baptisèrent les premiers émigrants venus de Chine les " Syams ", ce qui signifie " basanés ".
D'autres états prirent part à la composition de l'ethnie thaïe, tels que L'Empire de Srivijana (VIIe-XIIIe s.), le royaume Dvaravati (Ve-VIIIe s.), et l'Empire Khmer d'Angkor (IXe-XIIIe s.). Fin XIIe siècle, la société thaïe était organisée en une nation : le Siam.

Véritable carrefour des peuples, langues et cultures, la Thaïlande compte aujourd'hui 60 millions d'habitants parmi lesquels 75% de Thaïs (dont près de 6 millions d'origine chinoise), 11 % de Sino-Thaïs, 3,5 % de Malais, plusieurs groupes minoritaires parlant leur propre dialecte : Khmers, Môn, Vietnamiens, Laotiens, Indiens, Perses, et diverses tribus montagnardes originaires surtout de la Chine du Sud et du Tibet.

Histoire du Siam

XIIIe-XVIe siècles : Les Royaumes De Sukhothaï et du Lan Na

Le XIIIe siècle marqua la fin de l'Empire Khmer. Sukhothaï fut proclamée en 1238 premier royaume thaï indépendant. Nakhon Si Thammarat se démarqua dans le Sud et devint vassale de Sukhothaï. Pendant cette période, le pays prospéra, acquit sa propre identité culturelle et politique et le Bouddhisme theravada poursuivit sa propagation.
Cependant, au décès du souverain Rama Khamheng en 1317, le royaume Sukhothaï amorça son déclin

Appelé au trône en 1259, le roi Mengrai fonda sa nouvelle capitale à Chiang Raï, puis à Chiang Maï en 1292. Il fonda et développa la nation Lan Na. Mais de nombreuses rivalités autour du trône affaiblirent le royaume. Le XVe siècle fut marqué par des guerres incessantes. Courant XVIe siècle, le Lan Na passa sous domination birmane. Il le resta les deux siècles suivants jusqu'à ce que le roi Taksin parvienne à repousser les birmans en 1774.

XVIe-XVIIIe siècles : Ayutthaya puissance du Nord

Le royaume d'Ayutthaya fut fondé en 1351. Ayutthaya est souvent associée à l'âge d'or en ce sens qu'elle recèle une architecture, une peinture, une sculpture, et une expression poétique particulièrement raffinées. Pendant les deux siècles que dura le royaume, il s'étendit vers l'Est (Nakhon Ratchasima) et le Nord (Sukhothaï et Chiang Maï). Milieu XVIe siècle, les guerres reprirent contre les birmans et ils s'emparèrent d'Ayutthaya en 1569. Mais moins de vingt ans suffirent au royaume pour recouvrer son indépendance.

Début XVIIe siècle, les échanges commerciaux s'intensifièrent avec la Chine, le Japon et l'Europe (Portugal, Angleterre et Pays-Bas). Lorsqu'Ayutthaya fut menacée par un blocus naval, le roi Naraï fit de Lopburi sa deuxième capitale. Lopburi accueillit l'ambassadeur de Louis XIV, le Chevalier de Chaumont et les missionnaires jésuites qui l'accompagnaient.
En 1758 le royaume birman attaqua Ayutthaya. La ville fut rasée en avril 1767. Des milliers d'habitants furent déportés en Birmanie tandis que les survivants se retirèrent vers le sud.

Le général Taksin parvint cependant à s'enfuir avec quelques troupes. Il refoula les birmans, s'empara de Thonburi (face à Bangkok au Sud d'Ayutthaya) dont il fit sa capitale, puis de Chiang Maï, Luang Prabang et Vientiane. En 1782, en raison de la dégradation de son état mental, une révolte éclata contre le roi Taksin qui fut exécuté.

XVIIIe-XXe siècles : La Dynastie Chakri

Le général Chakri, général en chef des armées, succéda au roi Taksin. Il régna sous le nom de Rama Ier et entreprit de restaurer les monastères bouddhistes et d'édifier son palais. Celui-ci contenait les résidences royales, les bureaux du gouvernement et de la justice, ainsi qu'une chapelle royale. Aujourd'hui, le Grand Palais abrite notamment au sein de ses 260 ha, le Wat Phra Kaeo, " le Temple du Bouddha d'Emeraude ", représentation du Bouddha la plus vénérée du pays et le Pavillon de la Monnaie qui renferme une collection de monnaies en usage depuis le XIe siècle, d'armes, ainsi que de médailles et décorations décernées par les monarques de la dynastie Chakri.

Au sein de cette dynastie, Rama IV s'est particulièrement distingué pour avoir sauvé le royaume de la colonisation, signé d'importants traités avec l'Europe, modernisé l'armée, et introduit la médecine occidentale. Hollywood en fit également une célébrité : dans le film " Anna et le Roi ", son personnage est incarné dans une première version par Yul Bryner, puis par Chow Yun-Fat aux côtés de Jodie Foster.

Son fils aîné, le roi Chulalongkorn, Rama V poursuivit son œuvre en abolissant l'esclavage et en modernisant l'infrastructure routière (première ligne de chemin de fer) ainsi que le système gouvernemental. Le peuple voue un véritable culte à ce roi qui fut aussi le premier monarque thaï à se rendre en Europe. Un des principaux événements de la Plaine Centrale est le " Chulalongkorn Day ", qui lui rend hommage chaque année le 23 octobre.
Au cours de son règne, un conflit sur le Laos opposa la France et le Siam en 1893. Le Laos fut finalement cédé à la France mais le roi du Siam réussit à préserver son pays de la colonisation.
Rama VI, fils de Chulalongkorn suivit ses études en Angleterre. Il rendit obligatoire l'école primaire et édifia la première université.
Sous le règne de son frère, Rama VII, la monarchie absolue fut abolie. Le Siam devint une monarchie constitutionnelle, ce qui marqua la fin de l'intervention directe du roi dans la vie politique.

C'est en 1939 que le Siam prit le nom de Thaïlande.

Le 5 décembre 1946, S.M. le roi Bhumibol Adulyadej, Rama IX couronné en 1950, monte sur le trône. Il est encore roi de Thaïlande à ce jour et son règne est le plus durable de toute l'histoire de la royauté thaïe.

Dans les années 80, le pays atteint une stabilité politique et économique sans conteste. Aujourd'hui, après de nombreux coups d'état, la Thaïlande figure en bonne place parmi les puissances régionales de l'Asie du Sud-Est en pleine expansion. Elle a rejoint en 1993 la zone asiatique de libre-échange de l'ANSEAN (Association des Nations du Sud-Est Asiatique).

Sa Majesté Le Roi Bhumibol Adulyadej, Rama IX

Dernier souverain en date de la dynastie Chakri, S.M. le roi Bhumibol Adulyadej est un homme extrêmement respecté dans tout le pays. Le portrait du couple royal s'affiche dans presque toutes les maisons et le peuple thaï lui voue un profond respect et une sincère admiration. Le roi Bhumibol Adulyadej est à la fois vénéré en tant qu'héritier de la fabuleuse époque de Sukhothaï, mais aussi pour ses qualités personnelles. Bien que ses pouvoirs soient limités dans le cadre de la monarchie constitutionnelle, il joue le rôle essentiel de facteur d'unité et de stabilité politique et religieuse. Il a notamment contribué aux vastes projets de soutien des régions défavorisées du pays (en particulier le Nord-Est), aux programmes d'agriculture et à l'amélioration de la condition des tribus du Nord.

S.M. la reine Sirikit fait également l'objet d'un grand respect. Elle a contribué à l'essor de l'artisanat traditionnel thaï en créant la fondation " Support " en 1976.

Une personnalité royale aussi vénérée que le couple royal actuel, fut Son Altesse la Princesse Mère, décédée en 1995 à l'âge de 95 ans. Surnommée " Mae Fah Luang " ou " Mère Royale Venue du Ciel ", le peuple lui témoigne un profond sentiment de respect, d'amour et gratitude, suscité par une vie entière consacrée à l'amélioration des conditions de vie des populations des régions isolées et défavorisées.

En 1982, le bicentenaire de Bangkok et de la dynastie Chakri fut célébré et de fastueuses festivités furent organisées en 1987 pour le 60e anniversaire du roi Bhumibol Adulyadej. A cette occasion, le Parc du Roi Rama IX fut inauguré. Ce parc aquatique et jardin botanique situé à Bangkok s'étend sur 100 ha. Un musée y propose une rétrospective de la vie du monarque.

 

 

Le roi du développement durable est thaïlandais

Depuis 1974, Bhumibol Adulyadej, souverain de la Thaïlande, milite pour une économie d'autosuffisance. Espérons que son exemple marquera l'histoire... La chronique de Tristan Lecomte.

On connaît de la Thaïlande ses paysages de rêve, son tourisme de masse et sa cuisine raffinée, mais au-delà de ces clichés, on connaît trop peu son roi, Bhumibol Adulyadej (Rama IX) et ses thèses sur le développement, mises en pratique dans différentes parties du pays par des millions de petits producteurs agricoles.
Roi depuis 1946, il est le souverain ayant connu le règne le plus long de l'histoire. Toujours au pouvoir, il prône depuis 1974 le modèle de l'économie d'autosuffisance ("self-sufficiency economy"). Il encourage les petits producteurs agricoles a rechercher avant tout l'autosuffisance alimentaire, la diversification de leur production et une moindre dépendance de l'achat de produits manufacturés. Plus largement, il propose une attitude de modération, d'intégration dans l'écosystème et d'organisation coopérative et solidaire au sein des communautés villageoises.
Très inspirées du bouddhisme, et proches des thèses localistes de penseurs tels qu'Ernst "Fritz" Schumacher, auteur de Small is beautifull, les idées du roi ont longtemps fait sourire les "businessmen" de l'establishment thaï, en particulier durant les années 80 et 90 de boom économique. La crise de 1997 qui a fortement touché la Thaïlande, et plus globalement la crise mondiale actuelle du capitalisme et de ses ravages sur l'environnement donnent a présent à ses thèses une impression de modernité sans pareil.
Un des concepts sous-jacent a l'économie d'autosuffisance est celui "d'immunité sociale" que le producteur et sa communauté doivent rechercher grâce la diversification de leurs ressources et la recherche avant tout de l'autosuffisance alimentaire, avant de s'engager a corps perdu dans le développement de cultures de rentes intensives et le consumérisme. Ainsi, face a une économie mondialisée et le développement débridé d'une agriculture intensive mécanisée et de la monoculture partout dans le Monde, qui n'a jamais vraiment enrichi les agriculteurs, le Roi n'a cessé de prôner un modèle de développement modéré, étape par étape, et surtout très diversifié.
Il préconise par exemple très concrètement que chaque producteur divise sa ferme en quatre, avec 30 % dédié à la culture de riz, destiné prioritairement a la consommation familiale, le surplus pouvant être commercialisé, 30 % dédié a la construction d'une réserve d'eau pour pouvoir subvenir aux besoins agricoles même en cas de sécheresse, 30 % dédié aux cultures vivrières, potager, arbres fruitiers, mais aussi élevage de poules, canards, vaches et buffles, tant pour l'alimentation de la famille que la production d'engrais naturels pour les cultures et enfin 10 % pour l'habitation et les accès a la ferme.
Ainsi, il donne une illustration très pratique et accessible a tous de sa théorie. Il a développé des fermes modèles et centres d'apprentissage partout dans le pays suivant ce schéma, à commencer par la ferme bio modèle qu'il a installée au coeur même de son palais royal en plein Bangkok...
C'est un roi de terrain, trop âgé à présent pour se déplacer, mais qui a parcouru le pays pendant des dizaines d'années, inlassablement, pour aller à la rencontre des petits producteurs et leur proposer autre chose que le modèle intensif et la pensée unique. Un roi visionnaire qui a osé aller a contre-courant de cette pensée unique, en prônant l'agriculture biologique, les techniques agro-ecologiques et les principes de moralité inspirés de la spiritualité bouddhiste: la modération, la coopération, le respect du vivant sous toutes ses formes. Le roi du développement durable, de l'agriculture biologique et du commerce équitable en quelque sorte. Espérons que son exemple marquera l'histoire et inspirera nos dirigeants politiques à favoriser toujours plus ces orientations et pratiques durables et à défendre une véritable vision du développement.

 

 

Vous êtes ici : Thaïlande Histoire